Pourquoi vous ne percerez jamais (et comment y remédier) 1/2

fouleconcertok

Salut, c’est Clément !

Je vous écris ce billet depuis la terrasse d’un café, en train de boire un ptit moca !

Alors aujourd’hui je voulais vous parler de réussite. Et de comment faire pour percer dans la musique. (Rien que ça !)

Si on vous a déjà proposé de faire la BO d’un film, alors vous vous êtes retrouvé face une masse de travail énorme, et vous devez sûrement vous demander quelle est la meilleure méthode pour tout faire dans les temps sans rien bâcler !

Ou si vous jouez depuis plusieurs années, et que vous voulez enfin composer votre album, alors vous êtes certainement en train de vous questionner sur une manière efficace de monter rapidement un album

Si vous êtes dans ce cas là, et que vous voulez vraiment réussir votre projet et enfin percer dans la musique, vous êtes au bon endroit.

Pour percer, faites mieux que les pros

Dans cette série de billets, je vais vous expliquer :

  • comment faire pour alléger plus de 70% de votre travail et vous concentrer sur l’essentiel,
  • l’astuce pour prendre des pauses toutes les 20min tout en abattant une masse ÉNORME de travail,
  • ce qu’il faut faire pour être rappelé par ses anciens collaborateurs et prestataires,
  • la technique pour vous faciliter la vie et gagner 2 fois plus de temps quand vous composez,
  • ce qu’il faut faire pour être sûr de réussir ses objectifs et finir régulièrement ses projets en avance sur le planning.

Ça peut vous paraître gros, mais vous allez voir qu’il n’y a rien d’irréaliste dans le système que je vais vous présenter !

Et déjà désolé pour tous les bisounours, mais vouloir sincèrement être plus efficace, ça n’a jamais marché. 93% des gens font cette erreur. D’ailleurs moi aussi j’avais ce problème, avant. Mais heureusement j’ai vite compris mon erreur : Vouloir ce n’est pas (et ça n’a jamais été) pouvoir ! Non seulement il faut vouloir vraiment quelque chose, mais en plus il faut être stratégique et méthodique pour l’obtenir. Du coup, j’ai fouiné partout pendant plus de 4 ans les méthodes et les stratégies les plus radicales. Celles utilisées par les piliers de leur domaine ; et j’ai déniché pas mal de perles à vous partager !

La bonne nouvelle c’est que c’est facile de changer le tir ! La mauvaise, c’est qu’il va falloir bûcher, mais pas tant que ça. Tout est dans la stratégie. Je vais tout vous détailler.

Bien, ceci étant dit, allons-y !

Fondamental : Les 3 étapes obligatoires pour être vraiment plus efficace

Si vous n’avez jamais entendu parlé du workflow (flux de travail, in french) voici des conseils vitaux qui valent de l’or :

1 – Automatisez le maximum de tâches

Automatisez le plus de tâches possible (et pas qu’en musique). Les machines sont là pour ça. Souvent, ce sont les tâches rébarbatives qui sont automatisables. Des exemples : monter un RAID pour sauver vos archives musicales sans n’avoir rien à faire, synchroniser le bloc-note de votre portable avec un serveur distant, utiliser un agenda électronique et créer des templates d’événements pour noter directement dans votre agenda principal et à la volée les RDV, horaires de travail ou autres.

Alors, vous allez me dire que ça n’a rien a voir avec la musique, mais en fait tout ce temps gagné vous libérera l’esprit et vous permettra d’être plus créatif ! Et c’est exactement l’objectif. On perd des jours et des jours à attendre l’inspiration pour avoir la putain de bonne idée du siècle, alors aidez-vous et libérez-vous des préoccupations inutiles au maximum. C’est indispensable pour rester créatif !

Globalement, toute tache répétitive est à automatiser. Mais ! Ça ne doit surtout pas contraindre la créativité. Donc ne rendez pas mécanique une action, comme l’impro par exemple. Ne jouer pas sur la même grille, même gamme, même instru à chaque fois ! Vous le payerez très cher plus tard, d’une manière ou d’une autre… Ou bien, autre exemple, lorsque vous cherchez des idées au clavier, expérimentez d’autres synthèses sonores. Il y en a tellement… (Soustractive, Additive, waveshaping, FM, vectorielle, LA , Table d’ondes, lecture d’échantillons, etc.).

Bref, je pourrais écrire des tonnes d’exemples, mais je pense que vous avez saisi l’idée. Ne gardez pas la même approche pour les tâches créatives.

Voilà pour la théorie de l’automatisation. Gardez bien en tête cette idée et listez ce qui vous semble automatisable sur un coin de feuille. Et dans le prochain article, je vous montrerais ce que j’ai trouvé sur la manière d’optimiser concrètement votre productivité dans les logiciels audio et automatiser un max de choses !

En résumé voilà pourquoi il faut absolument automatiser le max de tâches :

2 – Déléguez, travaillez en équipe et soyez convainquant

Avant tout, si vous avez un groupe, un ingé son avec qui vous bossez ou si vous travaillez pour un réalisateur, il est indispensable de connaître ses objectifs et ses attentes pour être sûr d’avancer dans la même direction que lui. Dès le départ. Ça vous permettra tout de suite de faire un travail apprécié et qui va droit au but. Ça peut paraître évident pour vous mais pourtant pas mal de personnes l’oublient assez vite : réussissez votre collaboration et on vous rappellera. C’est aussi simple que ça. Après, c’est surtout sur la définition de “réussir” qu’il faut se pencher. En général, les gens recherchent des valeurs sûres, des gens sur qui on peut compter. Soyez de ceux-là. Soyez convainquant.

Justement, pour être sûr que ce soit vous qu’on sélectionne (pour un film, un concert, ou une maison de disque), sachez bien présenter vos projets, soyez au maximum simple, clair et percutant. Apprenez à être convainquant, en somme. Je vous recommande de lire ce manuel : Convaincre en moins de 2 minutes. Vous apprendrez un tas de techniques psychologiques carrément efficaces. Dedans, vous trouverez tout ce qu’il faut pour réussir votre communication : comment s’adapter à chaque personne ; faire passer rapidement une idée directrice ; optimiser chaque opportunité pro, etc.

Et puis, pensez à déléguer au maximum les tâches secondaires, si c’est possible. Comme ça vous pourrez vous concentrer sur le plus important : la partie du travail qui vous plaît et qui compte pour vous. Si Hans Zimmer arrive à sortir au moins 3 BO par an, c’est parce qu’il a su parfaitement bien s’entourer. Et pas de n’importe qui ! Si vous n’avez pas d’associés, trouvez-vous en un. Quelqu’un de motivé, et qui trouvera un intérêt à faire ces tâches secondaires. Par exemple, ça peut être quelqu’un qui veut perfectionner ses techniques d’orchestration alors que, vous, vous préférez vous concentrer sur la composition. Ou bien, c’est un beatmaker qui apprécierait donner du relief à vos œuvres. Il y a tellement de jeûnes talents qui n’attendent que de participer à des projets intéressants. Mais surtout ne cherchez pas à en extirper un max sans retour, ça vous fermera des portes à coup sûr. Donc, surtout, pensez gagnant-gagnant !

3 – Priorisez le reste

A ce stade vous avez automatisé et délégué l’inintéressant. Maintenant, ce qu’il vous reste à faire, c’est uniquement le travail qui vous plait et vous importe. Votre travail.

La toute première chose à faire pour pouvoir prioriser votre travail, c’est de partitionner vos projets en petites tâches. Comme pour un long voyage, écrivez les différentes étapes, ça vous permettra d’y voir plus clair, de mieux estimer la masse de travail à fournir et de choisir l’approche la plus directe.

UrgentImportant2Puis triez ces petites tâches par urgence et par importance. Une fois triées, faîtes-les. Dans cet ordre :

  1. L’urgent et important
  2. L’important
  3. Et c’est tout. Ne faîtes jamais que ce qui a de l’importance pour vous ! C’est une des clefs !

Je pense pas avoir besoin de développer plus que ça, c’est assez simple a capter ! Pour bien comprendre, cliquez sur l’image à droite, vous verrez ce que je veux dire.

Ensuite, pour les projets très longs, fixez-vous des objectifs a l’année, au mois, à la semaine puis au jour. De cette manière vous aurez constamment un vision panoramique de vos projets et vous saurez immédiatement ce que vous avez à faire. Croyez-le ou non, mais cette méthode permet d’accomplir beaucoup plus de projets en moins de temps. Préférez prendre un week end entier pour définir tous les grands objectifs de l’année à tête reposée, 6h pour lister les étapes de chaque mois, 30min par semaine pour corriger le tir et ajouter les imprévus et enfin 5min par jour pour confirmer les tâches journalières. Vous aurez des résultats rapidement. Encore une fois, le but c’est de se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui vous importe vraiment en avançant vite.

Dans les périodes de travail intense, quand c’est le moment de mettre la tête dans le guidon, appliquez la méthode Pomodoro. Il s’agit d’une technique de gestion de temps unique : 20min de travail intense très concentré et coupé du monde, suivi de 5min de repos. L’astuce c’est de travailler à 105%. Forcez-vous à réfléchir vite, lisez plus vite, écrivez aussi vite que possible si vous avez à rédiger qqch, utilisez les raccourcis claviers dans les séquenceurs, etc. Soyez AU TOP de vous-même pendant 20min. puis prenez 5min de VRAIE pause. Loin de l’écran, loin de la salle de travail, quitte à surfer sur facebook ou sortir dans le jardin.

Cette méthode est excellente pour vous ! Vraiment. Je m’explique : en travaillant à 105% à chaque fois, vous vous améliorerez CONSTAMMENT. Parce que vous vous surpasserez de 5% à chaque fois. Vous deviendrez redoutables sur les projets “urgents”. Croyez-en mon expérience. Et ça, ça plaît énormément aux clients !

En plus, vous aurez cette super impression d’avoir vraiment accompli une masse énorme de travail. C’est valorisant pour vous-même.

Dans la même veine d’idées, vous pouvez surestimer volontairement le temps de travail que vous prenez. En moyenne, rajoutez 20% de temps en plus. Pourquoi ? Parce que psychologiquement, 8 personnes sur 10 ont une vision trop optimiste de leur capacités et du temps imparti. En vous obligeant à ajouter ces 20% vous pouvez être plus sûr de finir dans le temps annoncé. Voire (si tout se passe bien) en avance ! Par exemple, on vous demande d’écrire une musique pour le trailer du projet sur lequel vous êtes. Eh bien, au lieu de dire qu’il vous faut une semaine, dites 9 jours. Les avantages :

  1. Vous serez mieux vu de vos collaborateurs qui verront en vous quelqu’un de prévoyant,
  2. Vous serez plus serein en cas d’imprévu,
  3. Vous aurez le temps de prendre un peu de recul et de peaufiner votre œuvre.
  4. Et du coup, vous serez plus sûr de vous, aussi, lors du rendu final.

Et c’est ça, avoir une attitude pro. C’est ça, la différence entre quelqu’un de fiable et les autres. Et tout ceci, ce n’est que le début ! J’ai encore un tas d’infos à vous partager !

Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir des techniques précises

Bon ! J’espère que cette intro vous sera utile et que vous allez tout déchirer !

Je peux aussi vous envoyez tout de suite des techniques et astuces en privé pour approfondir le sujet de l’efficacité. C’est simple, tout ce que vous avez à faire c’est d’écrire votre prénom et votre adresse email dans les champs juste en dessous. Vous pourrez discuter avec moi et aussi me poser quelques questions, je vous y répondrais avec plaisir !

Mentions légales : en soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Lire la Politique de Confidentialité.

Tout se passe ici :

Prénom
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.