👂 MAITRISER L’ECOUTE – ou Pourquoi les enfants n’aiment pas le jazz

Dans cette vidéo on parle de développer son oreille pour entendre les notes de musique AVANT de les jouer et arriver à déchiffrer une musique sans devoir lire la partition.

Télécharger Earmaster
Une page super pour mémoriser les intervalles

Transcription de la vidéo

Salut YouTube, Salut Facebook, j’espère que tu vas bien.

Et aujourd’hui on va parler de maîtrise de l’écoute.

Et plus précisément, aujourd’hui, on va parler de comment trouver des accords d’une musique à l’oreille sans passer par une partition ou une tablature.

On va essayer de comprendre les relations entre les notes, on va voir pourquoi donc les enfants n’aiment pas le jazz en général.

Donc,

  • si tu aimerais trouver les accords d’une musique à l’oreille sans forcément passer par la partition ou la tablature,
  • si tu aimerais comprendre les relations qu’il y a entre les notes pour pouvoir des mélodies plus sympathiques, des harmonies plus riches et complexes,
  • si tu te poses toi aussi la question de savoir pourquoi est-ce que les enfants n’aiment pas le jazz après tout, et
  • si tu as envie de développer ton oreille et d’arriver à entendre les sons avant que tu les joues sur ton instrument, ce qui est très utile pour l’improvisation

parce que si tu joues avant d’entendre, ça te permet de savoir où tu vas dans ton improvisation, ça te permet aussi de faciliter l’inspiration, puisque si tu as des notes dans ta tête, tu peux tout de suite créer quelque chose sans avoir forcément besoin de tâtonner ton instrument, et bref, ça facilite la composition en général.

Donc, si toute cette thématique t’intéresse, continue à regarder la vidéo parce que ça va se passer maintenant.

Pourquoi les enfants n’aiment pas le jazz ?

Ou plus généralement, pourquoi les enfants n’apprécient pas la musique classique plus contemporaine, la musique expérimentale, toutes les musiques qui drone, le métal, lejazz, donc, tous ces styles de musique plus complexes et plus recherchés, pourquoi les enfants n’apprécient pas ça ?

Et bien, en fait, c’est assez simple finalement, une fois qu’on a vu la logique derrière, tout de suite tout paraît soudain clair.

Et qu’est-ce que c’est cette logique ?

Le cerveau aime quand il comprend ce qu’il perçoit.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que s’il ne comprend pas la perception, ou s’il n’arrive pas à l’intégrer, à la mettre dans une catégorie, à la savourer, il va la rejeter purement et simplement, ou il va la mettre dans une case, dans la case “problème”, et dans la case “je n’aime pas et ça me dérange.”

Alors, c’est étonnant, mais c’est bien pour ça que la tierce mineure et la tierce majeure n’ont pas la même affinité pour l’oreille.

Qu’est-ce que j’entends par là ? En fait je ne sais pas si tu as remarqué, mais la tierce majeure est un intervalle, quand tu la fais sonner avec la fondamentale, beaucoup plus ronde, beaucoup plus parfaite, même si en soi c’est un accord qui est assez dissonant. La tierce majeure, comparée en tout cas à la tierce mineure, et plus consonante. Elle est plus consonante parce qu’en fait finalement, la tierce majeure est proportionnellement relative à la fondamentale. Quand tu regardes la forme d’onde, au bout d’un moment, elle se recoupe et il y a une proportion qui est assez parfaite.

Alors que la tierce mineure, cette proportion est un peu cassée, et finalement on ne retombe pas sur nos pieds. Il y a une espèce de dissonance, une vibration qui se met à raisonner, et que l’oreille n’apprécie, en tout cas moins que la tierce majeure.

On peut comprendre du coup pourquoi les enfants préfèrent les gammes majeures aux gammes mineures. Regarde, toutes les comptines elles sont construites sur les gammes majeures.

Sauf que plus tard, quand on grandit, on commence à apprécier tout ce qui est triste, tout ce qui est tierce mineure, tout ce qui est dissonance.

Dans l’adolescence, on apprécie le métal, tout ce qui est violent, tout ce qui est plus rugueux, toutes les textures qui sont moins parfaites.

Avec le temps, on préfère les sons plus complexes parce que finalement les sons qui sont purs, l’octave, la quinte, la quarte, finalement au bout d’un moment ça nous saoule, on a envie de passer à autre chose.

C’est comme les enfants adorent les pâtes, adorent les bonbons et tout ça. Mais au bout d’un moment, ils vont vouloir changer, ils vont vouloir autre chose, et c’est à ce moment-là qu’ils vont commencer à affiner leur goût, c’est à ce moment-là qu’ils vont commencer à chercher quelque chose, des saveurs différentes.

Par exemple, si tu manges la pizza, c’est génial, la pizza c’est super bon, mais si tu en manges tous les jours, ça va te dégoûter, et donc c’est ça en fait ce qui se passe.

L’oreille, au bout d’un moment, si elle entend toujours quelque chose de trop simple, trop habituel, elle va vouloir explorer ailleurs. Elle va vouloir comprendre ces nouvelles sonorités. Et une fois qu’elle commence à comprendre, une fois qu’elle commence à y accéder, elle commence à prendre goût à ça.

Et c’est ça qui est génial finalement parce que si tu commences à prendre goût aux choses complexes, c’est là où tu affines ton oreille, c’est là où tu commences à avoir une oreille plus raffinée.

Regarde la cuisine française, elle est basée sur des saveurs fines, sur des suggestions de saveurs, il n’y a pas forcément une saveur qui est beaucoup plus en avant que d’autres. Comme, par exemple, pour les plats super épicés, à ce moment-là les épices cachent toutes les saveurs du plat que tu es en train voir. Quand tu commences à prendre de l’âge et que tu manges un plat sucré, tu te dis, c’est bien dommage de ne pas avoir plusieurs saveurs que ça, et j’aurais bien aimé avoir quelques épices, quelques saveurs, quelque chose en plus.

Bref, grosso modo, le cerveau aime ce qu’il comprend.

D’ailleurs, c’est pour ça que les illusions d’optique nous dérangent, les illusions sonores également.

C’est pour ça que quand on a quelque chose qu’on ne comprend pas à 100 %, comme le vertige, le cerveau ne comprend pas pourquoi est-ce que il a cette hauteur par rapport à l’habitude, que de voir la terre à à peine 1 mètre 50. Quand le cerveau ne le comprend pas, il y a une dissonance cognitive et il n’aime pas ça. Il essaye de résoudre mais il n’arrive pas à résoudre. Et à ce moment-là, on n’aime pas.

Tu peux remarquer que c’est également pour ça que la science existe parce qu’on cherche toujours à savoir. Pourquoi on cherche toujours à savoir, à comprendre au-delà des choses, on cherche toujours à étendre sa compréhension de choses ?

Et c’est en fait cet instinct de vouloir comprendre, cette volonté du cerveau de vouloir toujours intégrer plus de choses, qui fait que finalement on affine naturellement son oreille.

Mais c’est bien dommage de ne pas avoir une oreille affinée dès le départ.

C’est pas grave parce qu’on peut le faire, on peut s’entraîner, on peut s’entraîner à l’affiner et accélérer le processus.

Comment faire ?

Alors, moi, ce que je te recommande, c’est de continuer toujours à former ton oreille à l’écoute, pour moi c’est indispensable.

Il ne faut jamais arrêter d’apprendre, s’il y a un des conseils que tu dois retenir dans cette vidéo c’est ça : ne t’arrête jamais de te former. C’est ce qui va te permettre de toujours aller plus loin, c’est ce qui va te permettre d’accéder à des connaissances, des expériences qui sont bien au-delà de ce que tu as maintenant, et ne t’arrête jamais d’apprendre, c’est super important.

Donc, former son oreille, d’accord, mais comment le faire ?

Par exemple :

  • écoute plus précisément les vibrations des notes,
  • écoute plus précisément les partielles des harmoniques des notes,
  • écoute les sinusoïdales qui ressortent en fait de chaque note.

Tu sais bien qu’une note, peut-être que tu le sais ou peut-être que tu ne le sais pas, une note est constituée d’un tas de sinusoïdes qui, assemblées entre elles, font le timbre de ton instrument.

Alors, finalement, écouter ces partielles qui constituent les notes, écouter ces sinusoïdes va te permettre d’intégrer le timbre du son dans ton oreille, d’écouter la vibration, l’essence du son.

Et si tu compares 2 sons, 2 notes, par exemple, une fondamentale et sa seconde, tu vas avoir une certaine vibration, une espèce de dissonance.

Quand tu vois l’unisson, c’est un son, un Do3 et un autre Do3, quand ils résonnent ensemble, il n’y a pas vibration parce qu’ils sont très bien accordés. C’est d’ailleurs pour ça qu’on accorde la guitare ou le piano avec un diapason, on accorde exactement les mêmes fréquences.

Quand il n’y a pas de fréquences différentes, il n’y a pas de battements.

Ecoute ces battements, écoute ces vibrations, écoute la vibration entre un Do et un Ré, un Do et un Mi, tu vas tout de suite voir que les vibrations sont différentes, elles ont une saveur différente, et c’est cette saveur, en fait, qui constitue l’essence de l’harmonie.

C’est ça fondamentalement ce qui fait qu’un son est dissonant ou consonant. C’est le degré de vibration, le degré de battement qu’il y a entre deux notes.

Si ce battement n’est pas proportionnel entre les 2 notes, tu vas ressentir une espèce de dissonance.

C’est par exemple le cas de la seconde mineure ou de la quarte augmentée, le triton, qui sont encore très difficiles à accepter en tant que tel parce que pour nous, pour le cerveau, c’est dissonant. Mais à force d’écouter des musiques, à force d’implémenter ça en toi, tu vas commencer à apprécier ce goût-là.

Et c’est pour ça que, regarde, les musiques, le jazz, par exemple, on se retrouve avec une harmonie très complexe de 4 sons.

Finalement, tu as une espèce de complexe entre les notes, une complexe de vibration.

La fondamentale résonne avec la tierce, elle résonnera aussi avec la quinte, et elle résonnera également avec la septième.

Et toutes ces vibrations qui vont être créées s’additionnent, elles vont s’ajouter à la saveur. C’est comme si tu mettais une certaine épice, plus une autre épice, et finalement tu remarques que la tonique résonne avec toutes les autres notes, la fondamentale de l’accord résonne avec toutes les autres notes, mais la tierce résonne aussi avec les autres notes. La tierce résonne avec la quinte, elle résonne aussi avec la septième, et la quinte résonne elle aussi avec la septième. Donc, finalement, toutes ces vibrations qui sont finalement différentes les unes des autres, tu les ajoutes, ça forme un complexe de battements, un complexe.

C’est cette harmonie qui est en soi un complexe, que les enfants n’arrivent pas à intégrer, ils n’arrivent pas à comprendre parce qu’elle est trop pleine d’informations ; donc ils la rejettent, ils ne l’aiment pas. C’est tout à fait normal.

Regarde, beaucoup de personnes n’aiment pas la musique métal, c’est parce que toutes les fréquences, tout le bruit, tout le son qui en est dégagé, c’est trop, c’est beaucoup trop.

Bref, pour résumer, le cerveau aime ce qu’il comprend.

Que faut-il faire alors dans ce cas-là ?
  • La chose la plus indispensable c’est de ne jamais t’arrêter de te former, toujours, toujours, toujours, toujours, toujours continue d’apprendre, ne t’arrête jamais de te former, continue de former ton oreille à l’écoute, pour moi ça c’est indispensable.
  • Apprends à écouter les battements qu’il y a entre le sons, entre 2 notes, ou entre 2 timbres, ou même entre 3 notes, 4 notes, plus il y a de notes, plus ce sera compliqué d’apprendre ça. Par exemple un exercice assez simple, ce que tu peux faire c’est jouer une note, et imaginer ce que serait dans ta tête la seconde, la tierce mineure, la quarte, la septième, et ensuite tu la joue. Tu joue par exemple un Do, et tu imagine derrière un Ré, puis tu joue le Ré pour comparer par rapport à ce que tu avais imaginé, la différence de hauteur. Ça va te permettre d’intégrer en soi les notes de musique dans ta tête, et arriver après à les avoir avant même de les jouer sur ton instrument.

Après il existe un logiciel plutôt excellent qui s’appelle EarMaster, je ne sais pas si tu connais. C’est un logiciel qui permet d’affiner son oreille justement, particulièrement à l’écoute.

Ça te permet de travailler l’harmonie.

Ça te permet de travailler la mélodie.

La version 6 de Earmaster est sortie il y a peu et je te recommande de la télécharger. Donc, tu as un lien juste en dessous, tu peux télécharger la version d’essai pendant 7 jours, ça ne te coûte rien. Au moins, tu auras 7 jours de travail de l’oreille, c’est mieux que rien.

Après, si tu décides de l’acheter, c’est génial. Moi, je suis affilié, donc je toucherai une commission, par contre ça changera rien au prix pour toi. Donc si tu veux soutenir le site, oui, je te propose d’acheter le logiciel, ce sera bon pour toi et tu arriveras à me soutenir en même temps.

Si tu n’achètes pas, tant pis, c’est pas grave, moi ça ne change rien. Ce qui est important c’est que toi tu puisses arriver à travailler ton oreille.

Donc, au moins télécharge la version d’essai pour avoir 7 jours de travail de l’oreille gratuit.

Ecoute, si cette vidéo t’a plue, je te propose de t’abonner, et à demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.