Quelles sont les limites de l’art ? 🙄

Qu’est-ce qu’un véritable artiste ? Qu’est-ce que c’est une création artistique ? Quelles sont les limites de l’art ? Aujourd’hui on va parler de ça.
Pose-moi tes questions

Transcription de la vidéo

Quelles sont les limites de l’art, et qu’est-ce qu’un véritable artiste ?

Salut Youtube, salut Facebook, j’espère que tu vas bien.

Aujourd’hui je voudrais te parler un petit peu de philosophie, surtout de comprendre pleinement le métier que nous on fait, compositeurs, le métier dans le sens artistique.

Qu’est-ce que c’est que l’art, qu’est-ce que c’est un véritable artiste, qu’est-ce que c’est une création artistique, quelles sont les limites de l’œuvre d’art ?

Aujourd’hui on va parler de ça.

Alors, à la base, la définition de l’art a évolué au cours du temps. A la base c’est presque synonyme d’artisanat.

Dans le latin on parle de « ars », habileté et métier, connaissances techniques. C’est typiquement l’expression l’art de, l’art de la langue de bois, l’art du mensonge, l’art de la politique, et l’art militaire, l’art… voilà.

Mais un artiste n’est pas juste quelqu’un d’habile ou de connaisseur. Par exemple, un prof d’auto-école a une grande habileté et il connait bien son domaine, mais pour autant, ce n’est pas un artiste. Donc, dans cette vidéo, on va chercher plutôt à comprendre ce qui fait l’essence d’un artiste et de ses œuvres dans sa définition d’acteur, de beaux-arts.

Un artiste est donc un créateur.

Il crée, c’est-à-dire qu’il invente, il produit, il donne naissance, il donne l’existence à ce qui n’existait pas encore. Remarque, entre autre, dans ses productions, de l’imagination, de la poésie, de l’originalité.

Ses œuvres sont source d’émotion, sont source de sentiment, de réflexion, de spiritualité ou même de transcendance, c’est-à-dire de dépassement du champ du conscient, la découverte d’une idée ou d’un nouveau concept, la sensation Euréka.

Un discours explicatif comme un manuel d’utilisation ou même un tutoriel vidéo, ça peut tout à fait bien susciter la réflexion, voire pourquoi pas la transcendance, mais rarement l’émotion, rarement les sentiments ou la spiritualité.

Et ça ne se fait pas remarquer non plus par son imagination, son originalité ou sa poésie.

Alors bien sûr, si on lui ajoute des éléments qui stimulent l’imaginatif, l’originalité et qui suggèrent de la poésie, on fait rentrer quelque chose d’artistique dans cet objet non artistique et on rentre dans le domaine de l’artisanat.

  • Quelles sont les limites de la création artistique ?
  • Qu’est-ce qui définit une œuvre d’art en somme ?
  • Et qu’est-ce qui ne définit pas une œuvre d’art ?

Alors on a pour l’habitude de dire que :

L’art est inutile, la création artistique pure ne sert à rien en pratique, elle est mise à l’écart des rapports utilitaires habituels.

Ça c’est selon Hannah Arendt. En tout cas c’est du moins comme ça qu’on nous le présente en cours de Terminale.

Une œuvre d’art ne nourrira jamais personne, mais il stimule néanmoins l’intellect, et il l’aide à se développer, l’intellect.

L’art nous ouvre des portes mentales et puis étendre notre conscience ou tout du moins provoquer une réflexion.

Il peut également avoir une fonction symbolique, religieuse, de distinction sociale, ce genre de chose.

Donc, j’ai parlé d’artisanat tout à l’heure, je voudrais faire la différence entre art et artisanat.

L’artisan a pour but de produire des objets utiles, des objets d’usage. C’est l’usage qu’on va faire de l’objet qui détermine ses caractéristiques et donc la façon dont on va le fabriquer.

L’artiste, quant à lui, il vise pas l’utile mais le beau.

Si l’habileté technique est la limite supérieure de l’art de l’artisan, c’est la limite inférieure des beaux-arts.

Alors qu’on attend d’un objet courant qu’il soit bien conçu et réalisé de façon à être d’usage aisé, on n’attend pas simplement d’une œuvre d’art, d’un tableau, qu’il soit bien peint, mais qu’il éveille en nous des sentiments.

Donc, par exemple, un designer crée une œuvre, sa forme a une fonction qui répond à un certain usage, à une certaine utilité, mais il ajoute des éléments qui ne sont absolument pas utiles et qui pourtant ajoutent de la valeur ajoutée à cet objet de design.

Le principe de création artistique peut donc déborder dans des domaines plus pragmatiques comme le design. Le design est donc une forme d’art quelque part, une voiture, un meuble, un vase, peuvent être considérés comme des œuvre s d’art.

Mais je préfère utiliser le terme d’œuvre d’artisanat.

Le but de l’art n’est donc pas pragmatique, mais est d’enrichir l’intellect, l’art est enrichissant.

Autre limite de l’art :

On a souvent pour habitude de dire que l’art exprime le beau.

La beauté pourrait être aussi proposée comme un critère de définition de l’art, mais de nombreux artistes contemporains renoncent délibérément à la notion de beauté, la notion de beauté dans le sens classique.

Je parlerais plutôt de recherche d’un son, en tout cas pour les compositeurs, la recherche d’un son qui satisfasse l’oreille, qui l’intéresse.

Tout est une histoire d’oreille éduquée, de goût raffiné, de culture apprise, l’écoute intéressée qui est captivée, qui savoure l’œuvre, progresse au fil de l’expérience vers un besoin de complexité et de non perfection. Par exemple, les comptines très consonantes destinées aux enfants leur plaisent, mais plus tard, nous, c’est quelque chose qu’on a complètement acquis et dont on ne voit plus quasiment l’intérêt. Au contraire, l’oreille éduquée, recherchée, raffinée, aura tendance à se diriger vers des styles beaucoup plus complexes, comme le free jazz, la musique contemporaine, le technical death metal, par exemple. Autre exemple, les pâtes ou les bonbons qui s’opposent au fromage bleu ou la salmonière.

Nos 5 sens, aussi différents soient-ils, s’affinent au cours du temps et à certains degrés, demandent plus de complexité.

Autre affirmation :

L’œuvre d’art est une production.

Et j’ajouterais même une production réfléchie.

C’est-à-dire qu’un acte non réfléchi n’est pas artistique.

Il peut en revanche provoquer une pensée artistique qui, une fois exprimée, est donc réfléchie, peut provoquer un regard artistique sur cet acte non artistique, donc quelque part naturelle.

Et finalement, les artistes contemporains qui s’amusent à remettre en cause toute définition de l’œuvre d’art, ces artistes contemporains nous obligent à adopter une définition formelle qui est la suivante :

Ce qui fait l’œuvre d’art c’est avant tout le regard porté sur l’objet.

L’exemple typique, le ready-made, typiquement un objet industriel qui est exposé par un artiste ou un autre artiste, et qui est exposé tel quel. Par exemple, donc, l’Urinoir de Marcel Duchamp, qui est simple urinoir renversé. L’œuvre d’art n’est donc pas une production, l’œuvre d’art est une réflexion.

Et encore une autre affirmation :

On a souvent pour habitude de dire que l’œuvre d’art est unique.

Typiquement une copie de la cinquième symphonie de Beethoven, ce ne sera pas une œuvre d’art, ce sera soit du plagiat, soit une édition comme une autre.

Mais avec les techniques, l’œuvre d’art devient reproductible, remix, resampling, download, gravures, on a du coup beaucoup moins cette sensation religieuse qu’on avait avant quand on tenait l’original d’une œuvre d’art. Quand on avait, par exemple, lorsqu’on touchait un vinyl ou une cassette audio, on peut remarquer que le principe de l’édition limitée exploite à merveille cet aspect religieux, ce culte de l’original.

Est-ce que ce n’est pas un bel exemple du besoin d’originalité pour une œuvre d’art?

La création ne peut pas être amnésique à une culture. L’artiste ne peut créer à partir du néant tout seul, il sera forcément influencé par ce qui l’entoure. Qu’il soit seul, entouré par la nature, ou qu’il soit en compagnie d’autres éléments de culture comme l’architecture, la cuisine, la mode, etc.

L’œuvre d’art est inventive et l’œuvre d’art s’inspire.

Donc, pour conclure, plutôt qu’inutile, l’art est enrichissant.

Plutôt qu’exprimer le beau, l’art exprime l’intéressant.

Plutôt qu’être une production, l’œuvre d’art est une réflexion.

Et plutôt qu’être unique, l’œuvre d’art est inventive.

Ceci étant dit, j’aimerais quand même vous souligner qu’une musique n’est pas forcément une œuvre artistique.

Et la limite est là :

produire une œuvre qui n’invente rien, qui ne propose pas de réflexion, qui n’enrichit pas l’esprit de l’auditeur, et qui n’exprime rien d’intéressant, c’est au mieux un exercice de composition, c’est au pire un produit purement commercial.

Je ne vous présenterais aucun exemple, je pense que vous en avez bien en tête et vous en connaissez pas mal comme ça.

De mon point de vue, l’acte artistique commence par la réflexion et le mûrissement de cet acte. Et également la réflexion est le mûrissement de la valeur ajoutée que l’artiste va apporter aux auditeurs dans cette nouvelle œuvre.

C’est de toute façon en procurant de la valeur ajoutée à l’auditeur que celui-ci adhérera à ton œuvre, et qui sera enclin à la partager.

Il me reste à vous souhaiter de devenir un artiste accompli. Merci d’avoir regardé cette vidéo.

Abonne-toi et à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.