💡 La technique pour transposer vos émotions en notes de musique

Et voilou ! :) Je vous présente la technique pour transposer vos émotions en notes de musique !

Regardez cette vidéo si vous avez du mal à reproduire dans votre DAW ce que vous avez en tête. Ou si votre plus gros problème c’est de créer une musique cohérente sans que son développement ne devienne confus et perde de son sens.

Dans cette vidéo on va voir comment profiter de tout votre potentiel créatif au maximum.

Take a look !

▶ le lien vers le magazine pour les compositeurs dans la vidéo : https://lecompositeurfr.learnybox.com/inspi/

 

Transcription de la vidéo

Bonjour, c’est Clément San Martin, compositeur, sound designer et fondateur du site lecompositeur.fr.

Et dans cette capsule vidéo je vais vous montrer la technique pour transposer vos émotions en notes de musique.

Mais avant de parler de ça, sachez que vous pouvez recevoir gratuitement mon livre Le petit manuel du compositeur inspiré qui vous explique comment retrouver l’inspiration sans galérer des heures, en cliquant sur la couverture qui apparaît ici ou sur le lien dans la description de la vidéo. C’est pour vous, c’est gratuit.

Comment trouver des idées qui ont du potentiel.

machine-à-musique

Alors, il y a beaucoup de personnes qui m’ont posé des questions dans la vidéo précédente qui s’appelle « Comment composer une musique inspirée ». Ils voulaient savoir si la méthode était réellement efficace, et si elle pouvait s’adapter pour eux.

En fait, le meilleur moyen de le savoir, c’est de tester la méthode. Évidemment, c’est un processus différent de celui qu’on utilise tout le temps, et c’est logique que ça modifie un peu les habitudes qu’on a. Mais si on ne sort jamais de sa zone de confort, c’est inutile d’espérer inventer des musiques novatrices et vraiment intéressantes. En tout cas, il faut bien voir que cette méthode ne cloisonne PAS la créativité. Au contraire, elle permet d’exprimer tout votre potentiel artistique. C’est PAS un moule à gâteaux comme les 4 accords magiques. Cette méthode explique la logique de notre cerveau quand il invente des idées. Logique qu’on utilise habituellement à l’instinct. Donc, développer et mettre au clair ce processus vous permet de l’exploiter au mieux et de faire ressortir toutes vos meilleures idées. Le truc, c’est que si vous êtes débutant, la méthode ne va pas créer un chef-d’œuvre à votre place, évidemment. Elle intensifie vos qualités mais aussi vos défauts et ça, les défauts, c’est à vous de les corriger.

La méthode s’adapte à tous les styles et à tous les musiciens. Et elle marche même carrément bien ! C’est une méthode à la base souvent utilisée par les peintres sans qu’ils l’aient pour la plupart bien assimilée et systématisée. Ils le font en général à l’instinct. Quand j’étais en école de graphisme, Yorgui mon prof de communication visuelle appelait ça « la méthode losange ».

Alors je vais résumer rapidement pour ceux qui n’ont pas vu la première vidéo. En fait c’est simple :

losange1

  • On part d’un concept
  • Qu’on élargi au max
  • Ça nous donne un tripotées de concepts voisins
  • On transpose ces concepts en notes de musique, c’est-à-dire en mini-idées musicales
  • On sélectionne les meilleures, les plus cohérentes avec le concept de base
  • Et on utilise ces mini-idées musicales pour en faire une plus grosse oeuvre.

Le truc c’est que si vous n’utilisez pas correctement cette méthode ou si vous le faites à l’instinct vous aussi, vous passerez sûrement à côté d’excellentes idées et votre oeuvre risque d’être moins pertinente.

losange2Alors qu’en l’utilisant comme il faut, vous profiterez de tout votre potentiel créatif au maximum.

La technique que je vais vous expliquer maintenant intervient ici [Voir la Flèche blanche]. Elle complète parfaitement la méthode losange, parce que c’est précisément la bonne technique pour traduire des concepts en notes de musique. C’est le cœur de la démarche à savoir pour trouver des idées qui ont du potentiel.

Qu’est-ce que c’est le principe de cette technique ? Il faut en fait utiliser à fond les analogies.

Être créatif c’est comme inventer une bonne recette de cuisine

Explications :

Juste pour rappel au cas où : une analogie c’est un processus de pensée par lequel on remarque une similitude de forme entre deux choses de différentes natures. « A c’est comme B »

Développons. Puisque la musique est principalement un art non-figuratif, les auditeurs et même les musiciens utiliseront très souvent des métaphores ou des comparaisons pour définir ce qu’ils ressentent à l’écoute d’un morceau. Toute la difficulté est de comprendre leurs analogies et ce qu’ils veulent dire. Exemples typiques : “un son chaud”, “une musique aérienne”, “un riff lourd”, …

Quand vous jaugez vous-même vos propres œuvres (pour les améliorer, par exemple), vous prenez la place de l’auditeur et votre travail est de comprendre vos propres analogies. Le but du jeu est donc de traduire ces analogies en termes musicaux pour les exploiter.

La première étape est d’élargir votre entendement sur ces analogies. Là, il va falloir se remuer les méninges et faire un maximum d’association d’idées. Vous allez rapprocher entre eux des concepts, des objets mentaux pour en étendre leur clarté. Vous allez utiliser la technique du brainstorming. L’objectif ça sera de trouver un max de termes facilement exploitables pour en faire de la musique.

La recette pour ne pas passer à côté d’excellentes idées

Prenons un exemple:

Vous avez inventé un riff à la guitare, il sonne pas mal mais selon vous il lui manque un petit truc pour être génial. Vous vous dites qu’il faudrait le “charcuter” un peu pour le rendre plus intéressant. Vous ne savez pas trop comment, mais vous ressentez que c’est ça qu’il lui faudrait à ce petit riff. OK, soit. Là, on se retrouve donc avec une analogie : un son charcuté.

Et vous me direz : “T’es gentil Clément, mais comment je fais moi pour charcuter un riff ? C’est bizarre comme concept ! Un son ça n’a pas de matière. C’est juste une onde, une force.” Eh bien, pour autant, quand on parle d’un son “charcuté”, vous comprenez sûrement, même vaguement, la sensation. Seulement, peu d’entre nous arrivent à se l’imaginer vraiment et à créer instinctivement un résultat convenable. C’est là qu’intervient la méthode.

Analysons ça, je vais vous montrer comment charcuter un son :

Donc, on va manipuler mentalement le concept de “charcuter”. Prenons déjà la définition. Charcuter c’est couper en petits morceaux, diviser grossièrement. Déjà, rien que là on a de quoi réfléchir à une variation du riff en le morcelant et en le coupant grossièrement. Quand je pense à charcuter je pense aussi au blender de ma cuisine qui déchiquette la viande. Et après tout, la charcuterie c’est bien de la viande qui a une forme éloignée de l’état d’origine, non ?

J’imagine concrètement mon association d’idées : j’ai mon morceau de riff dans la main que je lâche dans le blender. Ça déchiquette ; et à quoi va ressembler mon morceau charcuté ? Plein de bouts de riffs qui ne devraient pas se suivre naturellement sont côte à côte, au hasard. Un peu comme un puzzle mélangé. Ah ! Pas mal comme comparaison. Reste plus qu’à mettre bout à bout des pièces du puzzle de manière à rendre ça esthétique mais pas conventionnel.

En fait, quand on divise grossièrement, ça veut dire qu’on ne s’attarde pas sur les petits détails. Je pourrais par exemple faire une découpe audiola sonorité naturelle de l’instrument ne serait pas respectée. Par exemple, en coupant l’attaque ou le release, ou bien carrément en le glitchant à mort. Là on a pas mal de termes exploitables, déjà.

Tout ça me fait penser à Rémy Gallego, un artiste français qui a monté un projet musical : The Algorithm . Gallego mélange de la musique électronique et du métal progressif, voire djent . On peut dire que son style s’inspire de l’IDM, de la drum n’ bass et du mathcore. Pour moi, The Algorithm est réputé pour déchiqueter ses musiques.

brainstorming

Le brainstorming : cliquez pour l’agrandir

Puisqu’un exemple vaut mille mots, écoutez Euclidean space, la mélodie y est vraiment charcutée et écoutez aussi les espèces de breaks électroniques.

On peut aussi prendre une autre approche, avoir un autre parti pris… En charcutant non pas le timbre de l’instrument, mais plutôt le phrasé musical… Ou bien faire les deux, comme dans la musique de The Algorithm.

 Bon. Qu’est-ce qu’on a fait concrètement ?

La recette étape par étape :

  1. On est parti d’un ressenti spontané, de ce qu’on pensait faire à notre riff : la sensation “charcuter” sans trop savoir ce que ça donnerait.
  2. Puis on a fait un mini-brainstorming autour du mot “charcuter”. On a cherché à imaginer à quoi ces mots font référence. On a cherché autour du champ lexical et au-delà aussi. Plusieurs mots ne sont pas utiles pour composer, comme “viande” ou “charcuterie”, mais beaucoup sont intéressants et exploitables directement comme “morceaux”, couper le release ou l’attaque”.
  3. Enfin, on a cherché un exemple de musique qui fait penser à “charcuter”. C’est important d’avoir des inspirations de musique qui existent déjà et qui ont développé le même concept que vous. De votre côté, n’hésitez pas à chercher encore plus d’exemples. Plus il y en aura plus vous aurez d’idées, toujours dans l’optique de multiplier les sources d’inspirations et de se les approprier.

Voilà, avec cette technique vous savez comment on fait pour transposer des sensations en de potentielles notes de musique. Utilisez l’expérience que vous avez déjà dans la musique, par exemple, c’est hyper connu que le mode majeur est synonyme de joie. Si par exemple, il avait fallu trouver un riff joyeux, le mode majeur serait tombé dans ce brainstorming.

À vous de jouer ! Prenez une ancienne compo à retaper ou créez-en une nouvelle, choisissez un concept ou une sensation et commencez à écrire votre brainstorming. Si vous voulez aller plus loin dans cette étape, rien de tel que d’approfondir le brainstorming. Ça fera émerger des idées inattendues. Je ne suis pas allé très loin pour l’exemple, mais plus vous creuserez votre brainstorming, moins vous écrirez des choses attendues et évidentes.

N’oubliez pas que vous pouvez lire gratuitement mon livre Le petit manuel du compositeur inspiré qui contient cette méthode et d’autres techniques du même niveau pour stimuler votre inspiration. Vous le recevrez en cliquant sur la couverture qui apparaît ici ou sur le lien qui est juste là.

Pensez à vous abonner maintenant pour être sûr de ne rater aucune des prochaines vidéo. J’ai aussi besoin de vos retours et je serais très content si vous laissez un commentaire. Cliquez sur J’aime et partagez la vidéo si ça vous a plu. Merci d’avoir regardé cette vidéo et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.