Harmonie ou Mélodie d’abord ? 🙄

Est-il préférable de commencer par l’harmonie ou par la mélodie ? J’ai fais l’expérience et j’ai composé des 2 manières… Voici la réponse
Pose-moi tes questions

Transcription de la vidéo

Doit-on composer la mélodie avant l’harmonie ou l’harmonie avant la mélodie ?

Salut YouTube, salut Facebook, j’espère que tu vas bien, et j’aimerais répondre à cette question qui m’a été posée :

Est-ce qu’il est mieux et préférable de commencer par la mélodie ou par l’harmonie ?

Alors, moi, je vais répondre tout de suite à cette question :

Pour moi, pas du tout, c’est une fausse question, il ne faut pas se poser cette question-là, c’est une erreur en fait, parce que finalement quand tu composes une mélodie, tu prends en compte l’harmonie et quand tu composes une harmonie, tu prends en compte la mélodie.

Alors, j’ai fait l’expérience et j’ai commencé par composer une mélodie en mettant une harmonie par-dessus, et ensuite j’ai fait l’inverse, j’ai commencé par écrire une grille harmonique, en y ajoutant une mélodie à la fin, et voir la différence. Est-ce que ça marchait, est-ce que ça marchait pas, quelle orientation artistique ça me donnait, quelle possibilités, quelle contraintes ?

Donc, je vais te montrer tout ça, et ça va se passer sur mon ordinateur. Hop ! C’est parti !

Alors, donc, j’ai effectivement fait 2 exercices, donc, en vert d’abord la mélodie puis l’harmonie, et ici d’abord l’harmonie et ensuite sa mélodie.

Donc, je te montre tout de suite. Là, j’ai écrit un petit motif, donc j’ai pris mon piano, un tout petit piano, 25 touches, le Hakaï LPK25, il est pas mal, moi je l’aime bien.

Il est aussi très, très léger, il a un toucher merdique, mais c’est pas grave, il est tout petit et c’est ce qui m’intéresse parce que moi je n’ai qu’un sac à dos.

Mais enfin, bref, j’ai composé ça avec un petit piano, ça m’a pris 2 minutes pour trouver un petit motif, un petit motif qui me plaisait, j’ai pas cherché à créer le truc du siècle, mais je me suis dit, on va commencer par une mélodie juste tout ce qu’il y a de plus banal.

Je te fais écouter.

Voilà, c’est vraiment tout simple, il y a pas grand-chose à dire dessus, c’est un motif musical qui se répète, qui a un petit changement de rythme qui donne ce petit effet.

Donc, c’est un motif musical où on peut voir, en fait, une espèce de contre-mélodie, c’est pas grand-chose, mais on peut déjà distinguer en soi 2 mélodies, donc ça et ça.

Alors, je me suis dit que c’est intéressant, ça veut dire que du coup, ça je peux l’améliorer et en faire une vraie mélodie, pour donner plus de consistance à mon premier petit truc, à mon premier motif.

Donc, j’ai transformé ce motif en mélodie, voilà la mélodie que j’ai appliquée derrière, je te fais écouter ça.

Voilà, tout simplement. Tout simplement.

Donc, c’est une mélodie qui est en Ré mineur comme le premier évidemment, donc c’est la gamme que je me suis mis comme contrainte.

Alors, qu’est-ce que j’ai fait, j’ai essayé du coup, j’ai trouvé ce petit motif, derrière j’ai trouvé une mélodie qui était dans la même gamme, et ce que j’ai fait c’est que j’ai mis les 2 ensemble.

Je te fais écouter.

Voilà, alors, déjà tu peux voir que du coup, pour les mettre ensemble, j’ai déjà dû toucher au motif pour le changer un petit peu. Ce qui veut dire que dans l’écriture de mon motif, il a fallu que j’adapte mon motif à la mélodie qui était par dessous.

Ne serait-ce que là, on a déjà un travail d’harmonisation à faire, mini travail d’harmonisation à faire, alors qu’on ne parle que de mélodie.

Donc, le travail de mélodie comporte en soi un petit peu de travail d’harmonie.

J’irai même encore plus loin, c’est-à-dire que j’ai pensé cette mélodie justement de manière harmonique, c’est-à dire que tu peux voir que dans les premières notes, je commence par le premier degré, cinquième, troisième, et tu peux voir que dès le départ je donne la couleur, c’est, si je prends les 3 premières ensemble ça fait, ce qui fait un Ré mineur.

Autrement dit, on est tout de suite en présence d’un accord, quoi, finalement, ça fait un accord. Là ici on une espèce de sensation de cadence c’est-à-dire cinquième degré, septième degré, premier degré, et puis après j’ai relié les 2 avec, en changeant un petit peu de, j’ai donné du mouvement, j’ai pas pris les notes du premier degré, j’ai choisi d’autres notes qui étaient un peu voisines, voilà. J’ai pensé cette mélodie de manière harmonique.

Ensuite, du coup, c’est bien sympa, mais finalement là on n’a que simplement 2 mélodies,alors que je parlais de mélodie et d’harmonie.

Donc, finalement, je vais rajouter une harmonie, je vais harmoniser tout ça, on va voir ce que ça va donner. Hop ! Et voilà ce que ça donne.

Donc, j’ai plaqué des accords en dessous pour donner plus de consistance, et pour faire ce travail, je dois composer d’abord la mélodie, puis composer une harmonie, et je te fais écouter ça.

Voilà, c’est pas grand-chose, mais vraiment, tout de suite on a plus de consistance. Tu vois que c’est pas simplement des accords plaqués que dans cette harmonie, chaque ligne présente une mélodie, donc tu vois la base ça fait…

Donc voilà, au final, c’est une mélodie en soi. Ici, on avait déjà une mélodie qu’on avait déjà entendue. Donc, tu vois que finalement mon harmonie c’est un compromis, c’est quand même quelques mélodies par-dessus une autre mélodie, tout ça c’est mélangé.

Finalement, mon harmonie, je l’ai pensée comme une mélodie, la mélodie j’ai dû la bouger parce qu’elle a dû avoir des contraintes justement d’harmonie, donc finalement j’ai composé une mélodie, puis une harmonie, mais finalement l’harmonie était présente dans l’esprit dès le départ, puisque de toute façon, j’ai commencé à composer à partir d’une gamme. Et qui dit composer à partir d’une gamme dit forcément fonction tonale, dit forcément cadence, dit degré, et tout ça, et même là, ne serait-ce que là, on a une espèce de mouvement, on du 5-4-1.

Donc, déjà à la base on a une espèce de cadence.

Donc, voilà pour ce premier essai.

Et là, j’ai commencé, j’ai fait l’inverse, j’ai commencé par une grille harmonique toute simple.

Donc, j’ai repris mon petit piano, comme c’est un petit piano 25 touches, j’ai dû chercher les harmonies avec une seule petite main. Donc, on a des harmonies à 3 accords. J’ai juste cherché à faire des accords qui peuvent bien s’enchaîner ensemble, sans chercher à faire le truc du siècle encore une fois. Je te fais écouter.

Tu vois, c’est quelque chose qui est très stable, très continue, ça évolue, ça évolue parce que justement j’ai voulu faire une grille vraiment où il y a le moins possible de mélodies pour pas qu’on se dise « Ah ouais, tiens, t’as composé d’abord l’harmonie, mais quand même, il y a la mélodie dans ton harmonie, ça ne peut de la triche ».

Voilà, j’ai composé vraiment une harmonie qui était tout ce qu’il y a de plus rigide, quoi. Donc, c’est des accords plaqués qui se suivent, mais c’est un peu vide quand même. Donc, j’ai décidé d’harmoniser ça un peu plus, j’ai rajouté une quatrième voix et j’ai suivi les règles d’harmonie classique pour en faire quelque chose de plus consistent. Je te fais écouter.

Voilà. Donc, finalement, c’est simplement 4 accords qui se répètent tout simplement, avec le dernier accord qui est différent du quatrième. Et là, tout de suite en ayant harmonisé, tu vois qu’il y a plus d’ampleur, c’est normal, puisqu’il y a plus d’espace entres les notes. Déjà, la note grave, et très grave, la note aiguë et plus aiguë. Donc, forcément, on a donné plus de corps un petit peu à notre harmonie, et ne serait-ce que là, ça a déjà embelli la chose.

Mais, pour le moment, on ne parle pas de mélodie, parce que quand tu regardes en termes mélodique, on n’est pas à grand-chose, quoi.

Tu vois, il n’y a vraiment pas grand-chose, là c’est pareil, ce n’est pas grand-chose. A la rigueur à la base on a quelque chose qui commence à faire… de différent, mais ce n’est pas très, très mélodique, c’est pas très chantant, ça reste très, très plaqué, très harmonie.

Donc, on va essayer de mettre une petite mélodie par dessus, voir ce que ça donne.

Hop ! Donc, j’ai composé une mélodie. Comme j’avais imaginé ma grille d’accords sur 4 accords successifs, finalement, j’ai composé une mélodie sur ces 4 premiers accords, que j’ai fait tout simplement copier en mettant quelques petits ornements pour faire la farce, quoi. Donc, je te fais écouter.

Voilà. Donc, ça ne casse pas trois briques à un canard, on sent vraiment les accords plaqués de par-dessus une petite mélodie un peu toute seule ; c’est un peu, un peu, un peu faible, quoi. Donc, qu’est-ce qu’on peut faire à partir de là pour vraiment donner beaucoup plus de richesse et de complexifier un peu tout ça pour que ce soit plus intéressant à écouter ?

Eh ben, j’ai fusionné tout simplement ma ligne mélodique, tu vois ici, qui fait ce motif là. Eh ben, tout simplement je l’ai mis à l’intérieur des différentes voix.

Par exemple, le soprano ça donne…

Tu vois, on retrouve notre mélodie tout simplement. J’ai fusionné le tout.

Et puis, j’ai continué la chose parce que ça me plaisait, j’avais envie de continuer. Voilà, je me suis un peu éclaté.

Je te fais écouter pour que tu puisses voir, écoute bien les accords qui ne vont plus vraiment être plaqués, tu vois, il y a des petits trucs, écoute bien ça, tu vas voir la différence.

Voilà, tout de suite on a quelque chose de plus large, de plus grand, de plus cohérent, de plus riche, et pourtant je suis vraiment parti d’une grille d’accords toute bête, je suis parti d’une mélodie, par-dessus j’ai pas mis grand-chose, c’est vraiment basique. Mais finalement, c’est vraiment en mélangeant, en complexifiant, en allant plus loin, en développant que tout de suite on donne une ouverture à ce petit truc.

Donc,vraiment il ne faut pas partir de grand-chose finalement.

Qu’est-ce que je peux te dire là-dessus ? Oui, donc, finalement j’ai considéré chaque ligne harmonique, tu vois, chaque partie harmonique, chaque voix, je l’ai considérée comme étant une mélodie. Et tu vois que finalement, chaque mélodie a son mot à dire.

Chaque voix a une mélodie.

C’est pas simplement des accords plaqués, et c’est en déplaquant, en retirant l’aspect vers l’accord plaqué, tu vas commencer à enrichir réellement ta mélodie.

Tu vois, à la base, je fais un petit mouvement et je te fais écouter rapidement tout ça.

Tu vois, ça, ne serait-ce que ça, ça donne beaucoup plus de vie. Là, pareil, ici ça donne… C’est beaucoup plus mouvementé, c’est beaucoup plus chantant, c’est beaucoup plus agréable, et ça complexifie, c’est plus sympa.

Donc finalement, penser isolément la mélodie c’est pas intéressant parce que finalement tu n’as pas ce chemin, tu ne prends pas en compte ta gamme et forcément du coup, tu peux aller un peu n’importe où.

Si tu penses ta mélodie et que tu réfléchis en même temps à l’harmonie que ça pourrait donner derrière, t’as tout de suite un chemin, t’as un horizon sur lequel aller, tu ne vas pas être bloqué au bout de 30 secondes de mélodie parce que tu ne sais pas où aller, puisque t’es bloqué, t’auras voulu faire cette harmonie, puis après t’auras fait le mix, et puis finalement tu verras qu’au bout de 30 secondes tu seras bloqué. Non, là si tu réfléchis dès la base à la structure, à l’harmonie, à comment tu vas faire évoluer la chose, ben, ça marche, quoi, tout simplement.

Et pareil de l’autre côté, si tu penses à l’harmonie, si tu penses juste à plaquer des accords les uns à la suite des autres, tu vois, c’est très, très pauvre, il y a pas grand-chose, il faut vraiment les considérer comme des voix, vraiment comme des superpositions de mélodie, et hop, derrière tu réfléchis une petite mélodie et tu transformes tes accords en mélodie.

Donc vraiment, commencer par la mélodie, puis faire l’harmonie, ou commencer par l’harmonie puis faire la mélodie, je pense que c’est une question qui se pose pas, parce que pour moi finalement il faut faire les 2 en même temps.

Alors, bien sûr, si tu commences à vouloir faire une mélodie qui n’est pas contraint à une seule gamme et qui s’évade très, très, très souvent dans d’autres tonalités ou même carrément une mélodie atonale, ce qui est tout à fait possible, là si tu commences par la mélodie, c’est intéressant parce que tu ne seras pas contraint par une grille d’accords, et tu ne seras pas contraint à rester dans une certaine tonalité, tu pourras t’éloigner beaucoup plus vite. Donc là, c’est intéressant effectivement de commencer par juste une mélodie, en faire quelque chose. Mais derrière, si tu fais quelque chose qui module très, très souvent, qui soit vraiment atonale, va faire une harmonie, quoi, ça va être beaucoup plus compliqué, et c’est faisable, tu pourras toujours trouver une solution harmonique, et il va falloir jouer un petit peu, jongler comme ça avec la théorie, mais t’arriveras toujours à faire quelque chose.

Quand même pense à faire une mélodie qui puisse être cohérente, en imaginant derrière ce que va être l’harmonie parce que ce sera beaucoup plus simple après de développer ta musique.

Pareil, si tu commences par l’harmonie, est-ce que ça ne contraint pas la mélodie à une grille ?

Oui et non parce que finalement tu peux toujours retoucher l’harmonie pour l’adapter à ta ligne mélodique.

Donc au final, une bonne harmonie prend en compte les lignes mélodiques à l’intérieur des différentes voix, à l’intérieur de cette harmonie, et une bonne mélodie sous-entend une harmonie.

Les fugues, par exemple, qui sont le summum de l’écriture musicale, l’écriture mélodique, l’écriture horizontale, parce que finalement je ne sais pas si tu connais les fugues, en fait, tout simplement, c’est écrire une mélodie puis faire venir une mélodie pendant que l’autre continue à parler, puis une troisième, puis une quatrième, et articuler toutes ces mélodies ensemble à faire une espèce de tricot de mélodie, sans pour autant ne jamais plaquer les accords, et ne faire parler que les voix en terme de mélodie.

Alors, c’est ce style d’écriture là, très complexe, parce que finalement il y a plein de discours narratifs, parce que la mélodie ça c’est narratif, qui parle en même temps. Pour que ce soit intelligible il faut qu’il y ait une harmonie très verticale, il faut que ta grille d’accords tu l’aies bien réfléchi de manière à ce que ta mélodie soit très contraint à cette grille d’accords, de manière à ce que chacune des voix puisse être consonante, et ne pas dire des choses bizarres par rapport aux autres mélodies.

Pour que ça puisse marcher dans une fugue, il faut que ton harmonie soit très réfléchie.

Donc, au final, finalement, il n’y a pas d’orientation, tout dépend de l’orientation musicale que tu veux procurer à ton œuvre.

Une harmonie, au final, aura plus de facilité à procurer une émotion de fond, parce qu’elle se fera bien plus oublier qu’une mélodie, parce qu’une mélodie finalement, là ça va apporter plus de la narration, c’est beaucoup plus catchy, ça catch, ça attrape l’attention du cerveau, c’est vraiment beaucoup plus frontal en termes de discours musical. Et ça dépend vraiment de ce que tu veux faire : est-ce que tu veux commencer par la mélodie, et du coup orienter ta musique vers une écriture plus narrative, ou est-ce que tu veux commencer par l’harmonie et faire une écriture plus émotionnelle en arrière-plan ?

De toute façon tu as remarqué que tu peux mettre beaucoup de mélodies dans l’harmonie, et inversement, ça ne pose pas vraiment de problème, et si vraiment ta mélodie tu la répètes, tu la répètes, ça devient un motif inlassable, et le cerveau commence à l’oublier.

Bref, tu peux arriver à aller dans les 2 sens quoiqu’il arrive, mais quand même tu as cette orientation primaire.

Il n’y a pas d’obligation, tu commences par ce que tu veux, ça dépend de ce que tu veux faire.

Et toi, par quoi t’as l’habitude de commencer, est-ce que tu commences d’abord par la mélodie, est-ce que tu commences d’abord par l’harmonie ?

Moi, je t’invite à essayer de commencer par l’autre chose :

si tu commences par l’harmonie, commences par la mélodie, si tu commences par la mélodie, entraîne-toi à commencer par l’harmonie.

Peut-être que ça va t’aider, peut-être que ça va permettre d’ouvrir ton inspiration, de découvrir de nouvelle pistes, peut-être simplement d’explorer un peu plus la composition musicale.

Voilà, écoute, j’espère que cette vidéo t’aura été utile, j’espère t’auras appris des trucs. Et puis, nous, on va se retrouver dans une prochaine vidéo.

Abonne-toi, mets un petit « like » et nous on se retrouve bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.