✅ Ce qui différencie les pros des amateurs : le WORKFLOW – Partie 2

Je vous partage une méthode qu’utilisent les pros (pas qu’en musique) pour être carré dans leur boulot.
Merci pour tout le feedback sur la partie 1 ! C’est génial :)

Les liens dont je parle :
http://tomato-timer.com
http://todoist.com

Transcription de la vidéo

… sur la partie Flow de workflow.

Mais, il y a une autre partie encore, une autre partie qui me semble essentielle, et super importante, pour être efficace, pour garder ce punch, ce panache quand tu fais quelque chose : work, travailler.

Travailler c’est quoi ?

La différence entre professionnel et amateur, c’est le fait d’être structuré, c’est le fait d’être cadré.

Un manager ça sert à ça, ça sert à ce que tu sois encore plus professionnel, ça te sert à te cadrer, ça te sert à te dire : “Hé, fais gaffe! lorsque que tu fais, écoutes, je ne pense pas que ce soit la meilleure des choses à faire, je te conseille d’aller là, tu seras plus productif, ce sera plus sympa pour ton travail, et tu arriveras à faire plus de choses”.

Finalement, un manager ça t’aide à te recentrer.

Et nous, les indépendants, regarde, moi je fais des formations pour les musiciens, t’en as d’autres. Justement, les musiciens quand ils sont à leur compte, ils sont indépendants. On a un gros problème, on n’a pas de manager, on n’a pas de chef, c’est nous notre propre chef. Du coup, c’est difficile de se réguler, c’est difficile de se donner nous-mêmes les coups de fouet pour qu’on puisse avancer et être efficaces, alors qu’on sait pertinemment que ce qu’on fait c’est bien pour nous, c’est bien pour les personnes qui nous regardent, qui nous écoutent tout simplement.

Ce qu’on fait, ça a du sens, alors c’est dommage de ne pas être aussi efficace que quand on un manager derrière soi.

C’est un des gros problèmes des indépendants, les auto-entrepreneurs et tout ça.

Les musiciens, les intermittents du spectacle, c’est un autre statut, mais ils sont quand même à leur compte. Ils doivent se bouger le cul eux-mêmes pour atteindre leurs objectifs.

Alors voilà, dans workflow, tu as deux choses :

  • Work – l’aspect professionnel, et
  • Flow -l’aspect efficacité, expérience optimale, concentration, le fait d’être à 105%.

Et finalement, pour être pro, moi j’ai une méthode, je vais te la donner tout de suite.

Cette méthode, elle est connue justement chez les professionnels, les entrepreneurs, c’est la méthode SMART, mais ce qui est moins connue, c’est la méthode SMARTER.

Alors, c’est intéressant parce qu’en fait c’est un acronyme, ça sert à se définir les objectifs qui sont spécifiques.

Spécifiques ça veut dire que c’est précis, que c’est un seul but, un seul but clair, détaillé et compréhensible.

Que c’est mesurable, un objectif mesurable, c’est-à-dire on peut mesurer l’avancée, on peut voir si on a atteint l’objectif ou pas, on peut savoir à quel niveau on en est par rapport à cet objectif, avec un indicateur.

A pour accessible, en fait ça veut dire qu’il faut que tu te définisses un objectif pas trop gros, qui ne soit pas trop incroyablement insurmontable ; comme par exemple : “Ouais, je vais faire un album de musique”. Waouh, c’est super ambitieux comme objectif, mais c’est tellement ambitieux que finalement tu ne sais pas par où commencer, et tes objectifs ils sont beaucoup moins mesurables et spécifiques. Vouloir faire un album entier, c’est génial, mais c’est difficilement atteignable, c’est difficilement accessible.

Alors, l’idée c’est de se donner des grands objectifs comme ça, mais de les décomposer en étapes, en petites tâches, jusqu’à ce que tu saches quoi faire, juste tout de suite, maintenant, à la prochaine étape.

Ce qui va te permettre en fait de donner une map, un objectif précis, une route tout simplement, un peu comme les randonneurs. Tu sais quelle est la prochaine étape, donc tu sais comment t’équiper, tu sais quels outils tu vas devoir utiliser, tu sais combien de temps ça va te prendre, parce que faire un album finalement… combien de temps tu mets pour faire un album.

Après il faut se donner des objectifs réalistes, c’est-à-dire en fonction de ta situation actuelle. Si tu composes depuis quelques semaines à peine, tu ne vas pas pouvoir te dire : “Ouais, je vais faire un super album de malade et je vais faire une tournée”.

Non, c’est un objectif super ambitieux, mais ce n’est pas réaliste à ton niveau.

A ton niveau, réaliste ce serait, je compose une musique.

Ok, à ce moment-là, en fonction de ta situation actuelle, en fonction de quels moyens tu peux te donner, les moyens que tu as et les moyens que tu peux avoir, il faut que tu te définisses un objectif qui soit dans cette zone-là.

Après, il faut te définir également un objectif temporel.

Temporel qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire qu’il faut que cet objectif ait une durée précise, qu’il y ait une date butoire, que tu puisses mesurer les étapes, qu’il y ait des deadlines tout simplement.

Parce qu’avoir des objectifs temporels ça va te permettre de te donner un coup de pied aux fesses tout simplement.

Tu vas pouvoir en fait te dire : “Tiens, à ce moment-là il faut que j’aie terminé”.

Et c’est à ce moment là qu’en te donnant des deadlines comme ça, tu va pouvoir être ton propre manager.

Alors ça c’est pour la méthode SMART.

Maintenant, je pense qu’on peut ajouter quelque chose à ça, c’est SMARTER.

Ce sont 2 choses qui vont nous permettre d’atteindre ces objectifs.

Les 5 premières lettres de SMARTER expliquent une méthode pour atteindre cet objectif, les 2 dernières t’aident à rester motivé.

Alors, E comme excitant, qu’est-ce que c’est un objectif excitant ? C’est un objectif qui te fais vibrer, c’est un objectif qui te passionne, pour lequel quand tu te lèves le matin tu es : “Ouais, terrible ! Je vais faire ça”.

A ce moment-là, ce sera bien plus simple d’atteindre ces objectifs là.

Au final qu’est-ce qu’il faut faire ? Il faut trier ces objectifs.

Si tu as un objectif qui vraiment n’est pas excitant, peut-être qu’il ne faut pas le faire, peut-être qu’il faut simplement le faciliter, l’automatiser, le déléguer ou l’alléger tout simplement.

Et enfin R comme récompenser, pour que tu puisses apprécier la réussite de ton objectif, pour que tu te félicites.

Quelque part, c’est se faire un ancrage, un petit à la Pavlov, je ne sais pas si tu connais l’expérience, mais grosso modo, si tu te récompenses une fois que tu as réussi quelque chose, ça te donne inconsciemment et instinctivement envie de recommencer, ça te donne envie de recommencer un défi, un objectif plus gros.

Ça augmente ta volonté, ça augmente ta capacité à te concentrer, ça augmente le niveau de difficultés auxquelles tu aurais envie de te confronter.

Donc voilà, moi je pense que ces 7 petites lettres de SMARTER, je pense que c’est un bon outil pour définir ses objectifs, et en fait être pro, parce que finalement c’est ça qui fait la différence entre un musicien amateur et un musicien pro : c’est la structure, le fait d’être cadré, c’est le fait d’être rigoureux, c’est le fait justement de se mettre des objectifs atteignables, des objectifs mesurables, objectifs temporels, réalistes, spécifiques et au-delà de ça, être un pro, épanoui dans ce que tu fais, tes objectifs, je pense que c’est nécessaire qu’ils soient excitants et récompensés.

Alors, j’ai quelques outils à te partager, par exemple pour te faire un objectif accessible, pour le décomposer en petites tâches, tu peux utiliser des logiciels de listing de tâches, qu’on appelle en anglais To Do List, la liste des choses à faire.

Tu as plein de logiciels comme ça. Moi, je te recommande un qui est génial, c’est todoist.com. Il est épuré, il est simple à utiliser, il est facile, il a des applications pour téléphone, iPhone, androïde, franchement c’est génial.

C’est pratique, c’est efficace, ça te permet de faire un objectif qui est plus accessible, tout simplement.

Ensuite, pour donner une temporalité à tes objectifs, je te propose d’utiliser le diagramme de Gant.

Qu’est-ce que c’est en fait ? Ce sont des retro-plannings, où tu définis un certain lapse de temps à chacune de tes étapes, pour te donner en fait la vue globale de ton objectif final, pour te donner globalement, t’estimer combien de temps ça va te prendre, quelle sera la difficulté de la tâche, ça va te permettre également de savoir où tu peux plancher, ou où tu peux flancher.

Ça va te mettre en valeur là où tu devras travailler plus, là où tu devras déléguer parce que tu n’es pas compétent pour, tout un tas de choses comme ça. Le fait d’avoir des diagrammes de Gant, ça te permet d’avoir un objectif temporalisé, donc beaucoup plus clair finalement.

Alors, si tu n’utilises pas de logiciel comme Project de Microsoft, c’est celui que j’utilise, il est super bien, c’est un peu une usine à gaz, mais il est efficace.

Sinon tu peux tout simplement utiliser un calendrier, ce sera beaucoup moins pratique et beaucoup moins modulable, mais ça peut être un très bon départ.

Après, pour la récompense, moi ce que je peux te dire c’est qu’il faut te donner des récompenses qui en valent la peine.

Si ton objectif c’est un truc gros comme ça et que tu l’as atteint, donne-toi une récompense grosse comme ça pour vraiment te remercier toi-même d’avoir réussi. Si objectif était un sous-objectif, une petite étape d’un plus grand objectif, donne-toi une petite récompense, ça peut être quoi, prendre un bain simplement, ça peut être boire une bière, ça peut être aller au restaurant, ça peut être se faire un massage, des petits rewards comme ça, en fait.

Tu vois, un jeu vidéo c’est exactement ça finalement, c’est la même chose. En jeu vidéo, t’as des récompenses, tu as des trophées, tu as des rewords qui te disent : “Ouais tu as réussi, génial!” Eh bien putain ! Ça donne envie de continuer, et ça motive. Et c’est pour ça qu’un jeu, tu accroches, et les jeux vidéo exploitent énormément évidemment le flow. Si c’est trop ennuyant, on arrête de jouer, si c’est trop difficile, on arrête de jouer aussi.

Alors, justement, ton travail, faisons un jeu vidéo, donne-toi des objectifs, donne-toi des récompenses, donne-toi un moyen de mesurer tout ça, et tu vas kiffer ton travail.

La musique par essence, elle est récompensée, par essence, elle est excitante.

Mais, tu peux encore te donner d’autres choses en plus, alors attention, parce que si tu te récompenses, forcément, tu vas voir ça un petit peu comme un salaire, tu vas voir ça un petit peu comme, si je le fais, c’est pour cette récompense.

Du coup, tu ne vas plus le faire intrinsèquement pour la musique, je ne sais pas si tu te souviens, j’avais dit qu’on compose pour composer, on ne compose pas pour autre chose. Alors, fais attention à ça, il ne faut pas que ta récompense, ce soit quelque chose qui finalement te fasse être contre-productif.

La récompense ça doit être un plus, un vrai plus, mais ça ne doit pas être indispensable. Et peut-être aussi ça ne doit surtout pas être tout le temps.

Si tu sais que tu auras une récompense, c’est beaucoup moins drôle.

Alors, si t’es en groupe, par exemple, tu peux manager un petit peu, tu peux être le leader de ton groupe et manager un petit peu les autres membres en leur suggérant des récompenses quand le groupe a fait un super travail, mais pas à chaque fois, de temps en temps, tu égraine un petit peu tout ça.

Alors, les meilleures des récompenses, c’est la reconnaissance, pas quelque chose de matériel, pas de l’argent, pas une bouteille de vin, non, de la reconnaissance.

Dire : “Bravo ! Ce que tu as fait c’est génial ! Continue comme ça!”

La personne, elle sera fière, elle aura envie de continuer parce qu’elle se sentira importante, elle se sentira utile, elle sentira que ce qu’elle fait, ça a de la valeur.

Alors, ça c’est si t’es dans un groupe.

Si t’es pour toi-même, c’est un peu difficile de se mentir comme ça, mais je pense qu’il y a des astuces.

Après, je reviens sur spécifique, un objectif spécifique c’est un objectif qui est détaillé.

Alors, justement tu arrives à le détailler en rendant mesurable, accessible, réaliste, temporel, excitant, excitant, non, il ne sera pas détaillé.

Mais, si tu donnes beaucoup de détails à cet objectif, tout de suite tu verras plus clair.

Alors, voilà, si t’as envie de donner quelque chose, si t’as envie de donner un instant supplémentaire à ton travail, si t’as envie de passer à un autre niveau, si t’as envie d’être professionnel, si t’as envie de kiffer ce que tu fais, améliore ton workflow.

Sois quelqu’un de génial !

Si cette vidéo t’a plue, abonne-toi, si elle ne t’a pas plue, ne t’abonne-pas.

Si elle t’a vraiment plue, partage-là.

Dans tous les cas, moi je te dis à demain, je fais une vidéo par jour.

A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.