⏰ Ce qui différencie les pros des amateurs : LE WORKFLOW – Partie 1

J’ai remarqué que beaucoup de compositeurs manquaient de temps pour écrire de la musique. Comment être efficace, comment faire beaucoup en très peu de temps ? Voici ma réponse :)

 

Transcription de la vidéo

Salut YouTube, salut Facebook, j’espère que tu vas bien.

Le bonheur se situe entre la frustration et l’ennuie.

Cette phrase je la tire de Mihaly Csikszentmihalyi, c’est un psychologue hongrois, qui a bossé en Amérique, il a été directeur du département de psychologie à l’Université de Chicago, un truc comme ça ; et j’ai trouvé ça super intéressant.

Comment ça se fait que le bonheur, quelque chose de positif, se situe entre la frustration, un truc négatif, et l’ennuie, un autre truc négatif, qu’est-ce que ça veut dire ?

Aujourd’hui je voudrais te parler de workflow.

Le workflow ça veut dire littéralement flux du travail.

En fait, quand on parle de workflow, on parle d’efficacité, on parle d’inspiration, on parle de concentration, on parle de ces choses-là.

Alors moi, ce dont je voudrais te parler aujourd’hui, c’est justement de ça, c’est comment est-ce que tu peux arriver à être plus efficace, pour que justement le peu de temps que tu passes à la compo, le peu de que tu as par jour à côté du travail, à côté de la famille, à côté des enfants, si tu as des enfants, à côté de tout ça, le peu de temps qui te reste pour composer, c’est peanuts quoi, il y a pas grand-chose.

Alors il faut que ton workflow il soit au top du top, pour que tu puisses être efficace, pour que tu puisses faire des choses sans un minimum de temps en fait finalement.

Et dans le workflow, moi je vois 2 choses : je vois work et je vois flow.

Alors, le flow, qu’est-ce que c’est ?

Dans le monde du rap, le flow c’est la fluidité avec laquelle le chanteur débite ses paroles.

En fait, on est un petit peu voisin dans ces concepts-là, parce que le flow c’est justement la fluidité dans laquelle tu es quand tu fais une tâche.

Quand tu travailles et que tu atteins le flow, en fait, tu vis une expérience optimale. C’est un mot très fort qui veut en fait tout simplement dire que ce que tu fais, tu es tellement à fond dedans, tu es tellement concentré, tu es tellement efficace, ça te passionne tellement que tu ne vois pas le temps passer.

Quand tu es dans un état de flow, tout coule de source, justement c’est pour ça que c’est fluide en fait ; tout coule.

Quand tu es dans un état de flow, c’est ni trop dur, ni trop facile, c’est pile poil le bon truc pour que ce soit plaisant.

Et alors, justement, pour que tu puisses améliorer ton efficacité, ton workflow, l’objectif ce serait justement d’atteindre ce statut-là, d’atteindre ce stade-là, arriver à l’expérience optimale, atteindre le flow.

On peut atteindre le flow dans plein de domaines, même dans des travaux qui ne sont pas passionnants du tout, qui sont rébarbatifs, voir plutôt même emmerdants.

Il faudrait que je te montre une vidéo, je vais te mettre ici, une vidéo géniale d’ailleurs où tu vois des gens, mais ultra efficaces, ultra bons dans ce qu’ils font, et tu les sens, ils sont super concentrés. Ce n’est ni trop dur, ni trop facile pour eux, ils sont à fond, ils sont juste à fond.

Ils sont justement dans cette expérience optimale, cet état de flow. Et c’est tellement plaisant en fait d’être dans cet état, c’est tellement satisfaisant, parce que ce que tu fais, c’est pas frustrant parce que t’as les capacités pour le faire. Ce n’est pas frustrant, ce n’est pas trop dur ; mais ce n’est pas aussi trop facile, tu ne t’ennuies pas.

Et justement c’est ça qui est intéressant.

Je vais voir pour te faire un graphique ici, un graphique pour te montrer en fait ce que c’est que le flow.

T’as en vertical le niveau de difficulté, et t’as à l’horizontale ton expérience.

Et tu vois qu’en fait finalement, quand t’es débutant, il faut que ce que tu fasses soit facile, sinon tu risques très rapidement de t’ennuyer, enfin justement non, tu ne peux pas t’ennuyer puisque c’est facile. Mais tu peux très facilement être frustré par la difficulté de la tâche.

Après, plus tu augmentes en expérience, plus tu deviens expert dans ce que tu fais, plus c’est difficile de te satisfaire, parce que tu risques de t’ennuyer.

A ce haut niveau-là, pour que tu continues de t’amuser, d’être passionné par ce que tu fais, il faut que ce que tu fasses soit difficile.

En fait, grosso modo, il faut se donner des défis, en étant toujours un peu challengé par ce que tu fais, en étant un petit peu toujours dans le défi, tu n’es pas sûr d’y arriver mais tu penses quand même que tu peux y arriver, tu vas avoir cet état de flow, tu seras concentré.
Alors justement c’est génial, parce que si tu es concentré, tu apprends beaucoup plus facilement, tu t’améliores encore plus.

Finalement, ce que tu fais c’est peut-être mieux parce que tu seras plus concentré.

Il y a plein de trucs, en fait tout es lié ; si tu as un bon workflow, ton travail aura une meilleure qualité, dans un espace-temps plus réduit d’ailleurs.

Alors justement, il y a un truc qui existe pour ça, il y a une méthode, ça s’appelle la méthode Pomodoro, je ne sais pas si tu connais. La méthode Pomodoro te permet d’être super efficace dans un laps de te temps très court.

Qu’est-ce que c’est cette méthode Pomodoro ?

En fait, c’est très simple, il s’agit en fait de bosser à fond à 110% pendant 25 minutes, tu es à fond tu fais tout, tu es concentré, tu éteins ton téléphone, tu éteins Facebook, tu fermes tout, et tu es à fond dans ce que tu fais, tu t’isoles et tu transpires parce que ce que tu fais c’est un défi, pendant 25 minutes tu es à 110% et après tu enchaînes avec 5 minutes dans lesquelles tu ne fais rien.
Justement tu sors, tu vas dans ton jardin, tu traînes sur Facebook, pendant 5 minutes.

Et en fait c’est un cycle, toutes les demi-heures.

Ça te permet en fait d’être super efficace tout en ayant des pauses.

Il y a une étude scientifique, je ne pourrai pas te dire laquelle, mais il y a une étude scientifique qui démontre que finalement un travailleur dans son bureau, finalement il est efficace que quelques heures, je ne sais plus combien c’est, ça doit être 3 heures, 3 heures et demie, un truc comme ça. Il n’est efficace que quelques heures pendant toute sa journée : sur 7 heures, il n’est efficace que 3 heures ou 4 heures.

Alors qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ?

Parce que justement il n’est pas à fond, parce que justement, cette durée de concentration, la durée qu’on lui demande, 7 heures par jour, de travailler sur son projet, c’est super long. Du coup, ça lui demande un effort de concentration énorme, alors qu’en fait la méthode Pomodoro te demande juste 25 minutes de pure concentration, puis 5 minutes de glandouille en fait, tout simplement. C’est un équilibre en fait, c’est cet équilibre si tu le suis, tu pourras arriver comme ça à faire 2 Pomodoro, 3 Pomodoro, 4 Pomodoro, et arriver en fait à faire l’équivalent d’une journée de travail en même pas 3 heures, plutôt que de passer 7 heures répartis dans la semaine, parce que finalement nous les musiciens on n’a pas beaucoup de temps. A côté de ça on doit bosser, à côté de ça on doit s’occuper de sa famille, il y a trop de trucs à faire.

Donc, ces 7 heures là que tu répartis dans une semaine, finalement tu n’as pas besoin de 7 heures, finalement tu n’as besoin que de 2 heures ou de 3 heures, et tu peux tout caler dans ce temps-là. Donc si tu manques de temps, si dans ta musique tu aimerais avoir plus de temps, eh bien, justement, utilise Pomodoro, ça va te permettre de faire plus en moins de temps. Donc le temps impartis que tu as, tu vas être plus productif.

Ou bien tu fais ça dans l’autre sens, tu fais la même masse de travail, mais tu utilises Pomodoro pour réduire le temps de travail.

A ce moment-là, c’est tout bénéf.

Si l’expérience de Pomodoro t’intéresse, je peux te proposer d’aller sur un site qui s’appelle “tomato-timer”. En fait, c’est simplement un site internet sur lequel tu as juste un timer, c’est un compte à rebours où tu as 25 minutes, puis 5 minutes. Ça t’aide à tenir ce rythme, et c’est bien puisque ça t’aide à te concentrer finalement.

Donc, voilà ce que je peux dire sur l’état de flow, sur la partie flow de workflow.

Mais, il y a une autre partie encore, il y a une autre partie qui me semble essentielle et super importante pour être efficace, pour garder ce punch, ce panache quand tu fais quelque chose : work, travailler.

Travailler c’est quoi ? Un travailleur…